RAPPORT GENERAL DE LA SESSION DE FORMATION DE LA PREMIERE RENCONTRE DES FEMMES ET JEUNES VERTS D’AFRIQUE DE L’OUEST | African Green Federation

You are here

RAPPORT GENERAL DE LA SESSION DE FORMATION DE LA PREMIERE RENCONTRE DES FEMMES ET JEUNES VERTS D’AFRIQUE DE L’OUEST

AGF West Africa Togo
AGF West Africa Togo

RAPPORT GENERAL DE LA SESSION DE FORMATION DE LA PREMIERE RENCONTRE DES FEMMES ET JEUNES VERTS D’AFRIQUE DE L’OUEST SOUS LE PARRAINAGE DE LA FéVA EN COLLABORATION AVEC LA FéPEV-RAO ET L’A.T.E du 11 au 13 septembre 2015 au Togo.

 

Les 11 et 13 Septembre s’est tenu à Lomé (Togo) une rencontre des jeunes et femmes écologistes de l’Afrique de l’Ouest sous le parrainage de la Fédération des Verts d’Afrique. Etaient présents les pays ci-après :

Le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Rwanda et le Togo. 

L’objectif visé était de renforcer les capacités des femmes et jeunes leaders des différents partis de l’Afrique de l’Ouest, membres de la FéPEV-RAO afin de les outiller à mieux diffuser l’idéal des écologistes.

Dans  le cadre de cette formation, plusieurs thèmes ont été débattus, notamment :

-           Idéologie écologiste et programmes politiques ;

-          Problématiques des élections paisibles et les leçons à tirer des élections générales au Nigeria.

-          Femmes-Elections-Campagnes

-          Gestion-Résolution et Prévention des conflits ruraux en Afrique de l’Ouest.

Auparavant la cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président de la FePEV RAO Mr Irénée Nissao NAPO s en ai suivi   la présentation du programme par le maître de cérémonie Mr François KOUAMI, puis suivie de la présentation des délégations et du mot introductif livré par Mr Bawin AGBA, le SG du parti A.T.E. Notons qu’il a eu également l’intermède des frères Touré à travers un sketch de sensibilisation sur les conséquences négatives  de l’action de l’Homme sur l’environnement.

En outre, après le discours du président  de la FéPEV-RAO, s’en est suivi le second intermède des poèmes assurés par M. Céphas LARE visant à interpeler toute personne sensible à la cause environnementale. Enfin, ce fut le tour du  président de la  Féva, le docteur Frank Habineza de prendre la parole afin de faire la genèse  du fonctionnement des activités des partis verts d’Afrique.

La seconde phase s’est attelée à l’ouverture des travaux proprement dits avec la présentation de la première communication du professeur  Papa Meissa Dieng qui fait suite à une première, développée à Ouagadougou au Burkina Faso, sous le thème : «   Idéologie écologiste et programmes politiques » modéré par son Excellence M. Mahamadou DANDA Ancien Premier Ministre du Niger.

Il a fait la genèse des partis écologistes  tout en rappelant le caractère conservateur de certains d’entre eux par rapport aux partis classiques et modernes, l’écologie politique une idéologie en quête de sens. Deux points essentiels à l’appréhension du premier sous-thème : écologie politique, idéologie et défis.

-          La nature souffre

-          Nous connaissons tout cela ; alors pourquoi tardons nous de prendre des mesures qui s’imposent ?

-          Nous devons transformer et consommer ce que nous produisons

Selon le Professeur, cette ère nouvelle porte la promesse d’une vie meilleure pour tous et il a invité tous les écologistes à l’unité.

Enfin, le sous thème 2 : «  Quels programmes et stratégies pour des politiques en Afrique?

L’écologie politique est-elle irrationnelle ?

 Autant d’interrogations.

 La plupart des partis n’ont pas de projet de société, encore  faut-il le rappeler, nos partis écologiques qui peinent à se faire comprendre.

 Il a aussi souligné que, pour être écologiste, il faut aller au-delà du tri des objets, du compostage.

Ainsi donc la révolution écologique doit s’accompagner d’une révolution industrielle adaptée, même si les moyens sont très limités.

 Plusieurs interventions de participants ont porté entre autres sur:

-Comment concilier une idéologie écologique à une idéologie économique

- Quels ont été les résultats des grandes rencontres internationales sur l’environnement ?

- Aussi pourquoi certains pays à l’ égard des pays industriels partagent le système de crédits carbone ?

- La production des OGM doit être réorganisée.

 Des tentatives de réponses et d’éclaircissement ont été apportées à chacune de ces questions par le Professeur Papa Meissa Dieng.

Enfin, après avoir fait la biographie de notre communicateur son excellence Mr le Premier Ministre DANDA, la parole lui fut donnée par notre modérateur l’honorable député du CNT Mr Adama SERE pour  ses communications sur le thème2 : Problématique  des élections paisibles et les leçons à tirer des élections au Nigeria.

Thème4 : Gestion-Résolutions et préventions des conflits ruraux en Afrique de l’Ouest

  D’ abord il faut dire que sur le premier, son Excellence a expliqué les mécanismes de prévention et d’alternance démocratique dans nos pays africains, cas du Nigeria.

Il a expliqué également comment le Nigeria a relevé le défi malgré la fragilité et l’insécurité de l’environnement politique, et se fut en vérité un succès démocratique que ces élections couplées (présidentielles et législatives) qui d’une manière ou d’une autre était inhérent   à un leadership opérationnel assuré par des bases juridiques par la CENI.

En définitive, plusieurs enseignements ont été tirés des élections générales de Mars 2015

Notre communicateur est ensuite passé au thème 4 de sa communication sur « Gestion-Résolution et Prévention des conflits ruraux en Afrique de l’Ouest. Notamment sur des points tels que :

-Le rôle et place du dialogue dans la prévention et la résolution des conflits.

-Rôle et place du dialogue dans les conflits ruraux.

   A la fin des deux communications, nous avons bénéficié d’un renforcement de capacité par la contribution des uns et des autres.

 

        La deuxième journée a débuté avec la communication de Mme Assibi  DAMBA du Togo sur le thème « Femme-Election-Campagnes avec quatre sous-thèmes dont :

-          « Stratégies de campagne »

-          «  forme et contenu programmatique » ;   

-          « Mobilisation des fonds »

-          Les alliances électorales (suivi des débats)

Mme Assibi après avoir salué et remercié l’assistance, a introduit son exposé par des jeux de questions dont entre autres :

        Pourquoi plus de femmes et de jeunes en politique ? Les réponses retenues sont : pour avoir plus d’égalité ; pour une implication efficiente dans les sphères  de décision.

        Ensuite, par rapport à la  mobilisation de ressources de campagne proprement dit, la conférencière a souligné la nécessité de :

-          définir des objectifs à travers un projet de société soigneusement préparé en tenant compte des besoins des populations préalablement identifiés ;

-          élaborer une stratégie de collecte des fonds.

-          exécuter, suivre et évaluer.

Elle a terminé sa communication par les alliances électorales.                                                                       C’est-a-dire suivre la ligne directrice du parti, tout en respectant les trois catégories de partenaires.

-les alliés

-les résistants

- et enfin les indifférents

A la suite de la formation les jeunes et femmes verts ont décidé de la création de structures les concernant pour plus d’efficience dans leur contribution à l’avancée de l’écologie.

Pour ce faire, ils ont élaboré les textes fondateurs des jeunes écologistes et ceux des femmes écologistes de l’Afrique de l’ouest et installés leurs organes de direction.

Aussi le siège des jeunes écologistes d’Afrique de l’ouest est revenu au pays hôte le TOGO tandis que celui des femmes est revenu au Mali.

C’est sur ces notes d’espoir, que la rencontre a pris fin.

 

Fait à Lomé le 13 septembre 2015

 

 

 

 

AGF West Africa Togo